Petite histoire du concours

Ce sont des subventions du ministère de l’Éducation qui constituent depuis 1976 la principale source de financement du concours. Au fil des ans se sont ajoutés des fonds provenant de divers organismes liés à l’enseignement collégial, à l’occasion d’entreprises privées. Le Cégep Garneau assume la direction du concours depuis le début des années 1980. Il accorde une subvention annuelle par le concours de sa Coopérative, de son Association de parents, de sa Fondation et de son Service des affaires étudiantes et communautaires. Il fournit également un soutien technique et logistique sans lequel la tenue du concours serait impensable.

Le Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec (RIASQ) assure une partie essentielle de la promotion du concours par l’entremise de ses agents socioculturels. Il contribue financièrement au déroulement de ses activités et en fait une présentation dans la rubrique « Projets associés » de son site internet. Pour que leurs étudiant-e-s puissent participer au concours, les institutions collégiales doivent dûment s’inscrire à notre activité, parmi celles qui sont proposées par le RIASQ.

C’est une équipe de professeurs du Département de lettres du Cégep Garneau qui voit aux nombreux aspects de la gestion de ce concours.

Le CAEN

Depuis 2011, le Centre Aude pour l’étude de la nouvelle (CAEN) s’associe au Département de lettres du Cégep Garneau pour décider de l’orientation du concours et assurer l’évaluation des textes.

Nos partenaires :

• Association générale du Cégep Garneau
• Association des parents du Cégep Garneau
• Coopsco Garneau
• Direction des Affaires étudiantes du Cégep Garneau
• Fondation du Cégep Garneau
• Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie
• Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec (RIASQ)

© Lucie Archambault

Aude, figure emblématique du Centre Aude pour l’étude de la nouvelle

«Aude est le nom de plume de Claudette Charbonneau ou, comme elle-même aime à le dire, le cœur de son nom. Née à Montréal en 1947, Aude a longtemps été professeure au Département de lettres du Cégep Garneau. Tout au long de sa carrière dans l’enseignement, elle trouva le moyen de s’adonner à la création littéraire, publiant de nombreux textes, dont – à ce jour – sept romans et trois recueils de nouvelles. C’est d’ailleurs pour un recueil de nouvelles, Cet imperceptible mouvement, qu’elle reçut le prestigieux Prix du Gouverneur général du Canada en 1997.
Sa plume, très sobre et dépouillée, minimaliste, s’attarde avec une grande humanité sur la destinée de personnages souvent en situation de crise existentielle. Avec une grande habileté, elle permet au lecteur d’entrer jusque dans les profondeurs de ces âmes meurtries pour y chercher la lumière nouvelle qui, une fois passée la nuit obscure, pourra les réconcilier avec la vie.»
(Extrait du site du CAEN)